L'hypersexualisation et l'influence de la pornographie médiatisée

L'hypersexualisation féminine

Quelle que soit leur personnalité, toutes les femmes sont confrontées au modèle de féminité mis en valeur par la société, essayer de réussir ce modèle qui est présenté au travers de publicités, de films, de journaux, de livres et via Internet représente un véritable « parcours du combattant » pour une femme, en effet une femme se doit d'être séduisante et attirante sexuellement sans avoir l'air d'apparaitre trop directement intéressée par la sexualité, du même ordre la femme se doit d'être orgasmique tout en conservant un aspect digne et en aucun cas vulgaire car si elle se montre trop ouvertement sexuelle elle risque de se sentir jugée négativement.

Depuis quelques années on assiste à l'émergence d'un phénomène de plus en plus présent : l'érotisation de l'image corporelle des filles qui en font des « enfants-femmes-sexuées » En 2005 dans un ouvrage intitulé « la sexualisation précoce des filles » les chercheuses en science de l'éducation Pierrette Boucher et Natacha Bouchard ont défini l'hypersexualisation comme un « phénomène qui consiste à donner un caractère sexuel à un comportement ou à un produit qui n'en a pas en soi » cette définition présente l'avantage de pointer le phénomène de sexualisation précoce dont les jeunes filles mais également tout leur univers de socialisation sont l'objet phénomène qui leur serait imposé de l'extérieur : le monde des adultes et la société.

La psychologue Québequoise Sylvie Richard Bessette caractérise l'hypersexualisation dans son ouvrage sur les différences sexuelles le féminisme et la sexualité (2006) comme un « usage excessif de stratégies axées sur le corps dans le but de séduire »

Elle peut s'entendre de deux manières :

  • Soit elle est mise en œuvre par les jeunes filles.
  • Soit elle l'est à travers la publicité, les médias, la radio, internet…

    On définit la personne seulement par son sex-appeal ou son comportement sexuel en excluant les autres aspects de sa personnalité, on ne retient que ce qui est physiquement attirant et défini comme « sexy ». La personne est présentée comme un objet sexuel : objet à utiliser et non une personne capable de faire ses propres choix, la publicité accentue cette idée encore bien implantée dans l'imaginaire que les femmes seraient toujours disponibles sexuellement.

    Elle se caractérise par un usage excessif de stratégies axées sur le corps dans le but de séduire et apparait comme un modèle de sexualité réducteur qui inspirent des stéréotypes véhiculés par la pornographie : homme dominateur, femme objet séductrice et soumise.

    L'hypersexualisation a une tendance à ramener l'identité des individus à leur seule dimension sexuelle, aussi sachant que les médias occupent une place importante dans la vie quotidienne, on peut se poser la question de l'impact sur le jeune public des représentations des genres incluant les codes de la pornographie. Il y a 30 ans il était peut être possible de ne pas subir l'imagerie pornographique, aujourd'hui cela semble impossible, radio, clips, bande dessinée, télé, Internet montrent le corps, le sexe et la jouissance, cet empire des images régit les représentations.

    Les effets néfastes de la sexualisation de l'espace public sur les jeunes enfants et les adolescents

    Un enfant, a aujourd'hui accès à tout le visuel accessible, cela nourrit son imaginaire avant même son entrée dans l'âge de la sexualité, en effet l'adolescence est une phase de construction identitaire, une période de changements, de nouvelles aspirations, c'est à ce stade que les rapports sociaux prennent forme chez l'adolescent, ce qui le rend particulièrement réceptif aux modèles ambiants, s'il s'est avéré que les adolescents filles et garçons sont marqués par certain messages médiatiques au point de modifier leur rapport à l'autre c'est la construction de l'identité sexuelle des adultes de demain qui est en jeu.

    La précocité des relations sexuelles est un premier type d'influence de la sexualisation des médias sur les jeunes, en effet des études ont établi un lien significatif entre la qualité de contenus sexuels visionnés par les jeunes à la télévision ou sur Internet et leur choix de devancer l'exercice de comportements sexuels dans l'année qui suit.

    On peut se demander si les filles font réellement le choix de vivre une sexualité précoce ou s'il faut y voir l'effet de la pression des médias, ces jeunes filles adopteraient elles le même type de sexualité sans l'influence de la pornographie médiatisée ?

    Le fait d'être exposés à des contenus sexuels par les médias entrainerait aussi un effet d'adhésion aux stéréotypes sexuels, en effets les adolescents risquent d'en venir à s'approprier les stéréotypes et à les intégrer dans leur vie sexuelle, la sexualité doit tendre vers une vision dénuée de stéréotypes sexuels.

    La majorité des jeunes ont conscience que ces films ne sont pas la réalité, cependant ceux-ci peuvent tout de même avoir un impact désastreux sur une minorité.

    L'abondance des messages sexuels dans les médias peut pousser les jeunes à valoriser une image corporelle stéréotypée, cette image constitue pour chaque sexe un modèle corporel unique qui ne laisse pas de place à la variété des formes, des âges et des tailles, les jeunes subissent un pression énorme pour se conformer à ce modèle, influencés par cet idéal de beauté les filles et les garçons sont convaincus qu'ils doivent s'y conformer pour se réaliser et deviennent ainsi obsédés par leur image corporelle, ce qui a pour incidence de générer une insatisfaction corporelle élevée.

    On sait que les personnes ayant une image corporelle négative ont une vision déformée de leur apparence et des différentes parties de leur corps ce qui va avoir pour effet de générer une mésestime de soi et un manque de confiance en soi, chez les filles elles vont vouloir se conformer à un idéal marqué par la minceur, ce qui peut les conduire à des troubles du comportement alimentaire graves, alors que chez les garçons les stéréotypes masculins font la promotion d'un corps fort, endurant et musclé.

    L'hypersexualité masculine

    Une notion particulière apparait : l'hypervirilité, il s'agit de la diffusion des codes et attitudes qui vantent une sexualité active, machiste, sexiste, et violente fondée la aussi sur des codes pornographiques, ce phénomène s'inscrit sur le corps, un corps beau et musclé, endurant et entretenu que l'on retrouve dans la publicité , ici le terme d'hypervirilité traduit l'influence de certains codes et messages à caractère sexuel et sexistes attribués aux garçons dans leur relation au corps et aux jeunes filles : « leurs idoles, chanteurs, héros de jeux vidéo et de films sont présentés comme des êtres libres et forts ayant un pouvoir dans la relation amoureuse, obsédés par les femmes et le sexe, voire insensibles »

    Les images érotiques et la pornographie

    De façon fréquente, certains hommes surtout s'ils sont privés de sexualité se tournent vers le monde des fantasmes érotiques, ils peuvent utiliser une partie de leur temps à rechercher l'excitation dans l'univers de la pornographie d'autant plus que l'accès à Internet apporte une grande facilité pour satisfaire la curiosité sexuelle fantasmatique de l'homme.

    L'attraction vers cet univers des images sexuelles n'a rien de pathologique, néanmoins dans le cadre du couple, la pratique du surf dans le monde pornographique d'Internet peut parfois poser problème. Si cette pratique est connue et acceptée par l'épouse il n'y a aucune difficulté, d'ailleurs de nombreux couples utilisent l'érotisme sous différentes formes comme source d'excitation sexuelle, il s'agit alors d'une pratique de fantasmes partagés en utilisant le support extérieur.

    Mais parfois l'homme surfe secrètement sur les sites sexuels d'Internet parce qu'il est coupable voire honteux de sa curiosité sexuelle mais aussi par crainte d'une réaction négative de sa partenaire, la découverte par cette dernière peut amener une crise profonde dans le couple car de nombreuses femmes se trouvent alors choquées et blessées parce qu'elles en concluent qu'elles ne sont pas intéressante sur le plan sexuel et que leur conjoint s'évade ainsi, pour certaines elles vont se sentir trompées et en réaction elles peuvent aussi porter un jugement très dénigrant sur l'homme.

    Le problème n'est pas de regarder un film de temps en temps, le problème est de ne pas pouvoir s'en passer.

  • Domaines d'intervention

  • Psychanalyste Cannes
  • Psychothérapie Cannes
  • Soutien psychologique à domicile Cannes
  • Thérapie à domicile Cannes
  • Thérapie de couple Cannes
  • Thérapie de couple à domicile Cannes
  • Thérapie familiale
  • boulimie
  • anorexie
  • hyperphagie
  • adoption
  • aide à la parentalité
  • soutien à la parentalité
  • Gestion du stress
  • Dépression
  • Anxiété
  • Confiance en soi
  • Estime de soi
  • Gestion des émotions
  • Trouble Borderline
  • Borderline et amour
  • borderline et couple
  • borderline rupture
  • borderline passionnel
  • personnalité état Limite
  • violence conjugale
  • supervision pour thérapeutes
  • Supervision
  • supervision pour psychopraticiens
  • jalousie
  • pathologique
  • sexothérapie
  • sexologie du couple
  • troubles sexuels
  • consultations psy en ligne
  • consultations psy par skype
  • consultation psy par téléphone
  • consultations psy pour expatriés
  • Psychothérapie à domicile cannes
  • L'hypersexualisation conséquences
  • Dépendance à la pornographie thérapie
  • Comprendre l'angoisse
  • Traitement de l'angoisse Cannes
  • Angoisse en psychanalyse
  • Angoisse TCC
  • Crise d'angoisse
  • Angoisse de mort
  • Soigner l'angoisse